mercredi, avril 12, 2006

Le pays où l'initiative fait peur !


Suite à la publication de mon interview sur le Billautshow, le débat s'est enflammé dans les commentaires avec un post qui me clouait au piloris : Travail bâclé, marketing sourd et aveugle, interface non intuitive... Sindelaar ne me faisait pas de cadeau dans une diatribe sans concession.
Heureusement quelques défenseurs ont démonté l'argumentation à charge en épinglant derechef la première incrimination, qui fort heureusement était non-fondée et très facilement opposable : Impossible de voir un exemple sans créer de profil, alors qu'il suffit d'un clic sur n'importe lequel de nos membres pour voir sa biobble s'afficher.

Je reste malgré tout sans voix de voir que la critique est un réflexe national, ce qui ne serait pas forcément un défaut, si elle était plus constructive. Mais très souvent, à l'instar de Brice de Nice, on casse pour s'affirmer, pour prendre la parole et attirer sur soi les regards et les sympathies des plus réactionnaires. Comme Sindelaar aurait pu l'écrire, tout en raccourci, est-ce l'expression du syndrome Le Pen ?

Un an et demi de travail, 7/7, 12 heures par jour, sans RTT, avec l'épée de Damoclès des crédits au-dessus de la tête, pour s'entendre dire que l'on a bâclé son travail par quelqu'un qui a passé quelques minutes sur votre site et qui se permet un jugement des plus péremptoires ! On se demande encore pourquoi plus personne, sauf quelques fous, n'a envie d'entreprendre dans notre pourtant beau pays !

On juge la forme et l'on oublie le fond dans la patrie des droits de l'homme.

Le CPE est à la poubelle, les étudiants jubilent et certains se sont même découvert une vocation pour le syndicalisme. Maintenant on va faire tomber le CNE ! Mais au moins, on est tranquille, on peut certainement compter sur ces 72% de jeunes qui affirment vouloir devenir fonctionnaires pour faire marcher notre économie ! Faites-moi rire !

Alors c'est bien, on va prendre des mesures pour les jeunes sans diplômes, en revanche pour tous les diplômés bac +++ qui restent en rade, en stage ou en centre d'appel, tant pis !

Depuis 15 ans, on entend l'intelligentsia et les milieux d'affaires conseiller à leurs enfants, leurs proches et tous ceux qui veulent l'entendre que leur avenir n'est plus en France. Le phénomène marginal devient un réflexe général, bien que réservé à ceux qui peuvent. Pour les autres, bienvenue au Smic ou au RMI !

Je serais curieux de savoir combien de contrats ont été signés au Smic depuis les 15 dernières années, en pourcentage ?

Il est temps de regarder les choses en face, de constater qu'aucune des solutions d'hier n'a fonctionné, de comprendre qu'il faut accepter le changement et ne pas rester les bras croisés en attendant que tout se casse la gueule.

Aucun commentaire:

Messages les plus consultés